Comprendre et apprendre le paillage

Un des buts du paillage est de limiter l’invasion de son jardin par les mauvaises herbes. Le paillage est destiné à empêcher la croissance des mauvaises herbes dans les jardins, tout en gardant l’humidité du sol. On peut utiliser quatre différents types de matériaux pour le réaliser : les copeaux de bois, la paille, le compost et des fibres de coco.

La paille

Sous les feuilles de rhubarbe, répandre une couche de paille d’environ 5cm d’épaisseur. De cette façon, le feuillage restera propre. Après 6 à 12 mois, au printemps prochain par exemple, le reste de paille pourra être intégré au terrain avant l’installation d’une nouvelle couche. La paille peut également être utilisée pour protéger les fraises ou les framboisiers.

Les fibres de coco

Ces fibres sont à utiliser en substitution de la tourbe, dont elles ont plus ou moins la même consistance, pour rendre le terrain légèrement acide. Procéder comme pour la paille, en étalant une couche de 5cm maximum d’épaisseur. Une couche plus épaisse étoufferait les racines en empêchant les plantes de recevoir l’apport d’oxygène qui leur est nécessaire.

Les copeaux de bois

Il s’agit de branches d’arbres broyées grossièrement à utiliser pour le paillage des grands massifs d’arbustes, de rosiers. Tous les arbustes et plantes ne les supportent pas en raison de l’acidité qu’ils donnent à la terre. C’est un système qui permet de garder l’humidité et d’empêcher les mauvaises herbes de proliférer, tout en étant très décoratif. Répandre les copeaux par exemple autour d’un buis, d’un chamechiparis. Après quelques mois, lorsque les copeaux commencent à se décomposer, des champignons peuvent apparaître, mais ils ne sont pas nocifs pour les plantes.

Le compost

Il a une odeur un peu forte d’humus ; il se compose entre autres de branchettes séchées, de feuilles plus ou moins décomposées, de quelques copeaux… Etaler le compost au pied des végétaux, par exemple les groseilliers ; au bout de 4-5 mois, il pourra déjà être intégré à la terre, étant donné qu’il se désagrège assez rapidement sous l’action de la pluie ou de la chaleur.